accueil > Actu

Actualités

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Notre réponse en soutien aux salariés de RSP

Lettre ouverte de l'OPASE- Croqueurs de Carottes adressée aux salariés du Réseau Semences Paysannes, ainsi qu'à ses administrateurs et membres.

   > Suite
DES GRAINES À SEMER
L'Épinard Géant d\'Hiver

Rustique, productif et surtout délicieux, il est encore temps de semer l'Épinard Géant d'Hiver !

   > Suite
DES GRAINES À SEMER
La mâche verte de Cambrai

La mâche verte de Cambrai, une incontournable des cultures d'hiver

   > Suite
DES GRAINES À SEMER
La fève d'Aguadulce

La fève d'Aguadulce (Vicia faba), une plante productive à semer dès l'automne !

   > Suite
DES GRAINES À SEMER
La Roquette cultivée

La Roquette cultivée (Eruca sativa) ,
une plante facile à cultiver... et il est encore temps de la semer !

   > Suite
EXPÉRIMENTATION TOMATE SAISON 2014
La Tomate chez les jardiniers amateurs : Proposition de partenariat entre Graines del Païs et jardiniers amateurs.

L'objectif de ce partenariat est de mettre en avant l'adaptabilité et la variabilité des semences de population, en fonction du terroir de chacun. Ce travail de recherche participative reprend en 2014 et Graines Del Païs vous propose d'y participer. Pour plus d'information, cliquez-ici

RÉFORME DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE SUR LES SEMENCES, OÙ EN EST-ON ?

 

"Les risques d'un rejet total par le Parlement européen" 

 

1) Du bon côté, la commission européenne propose :

- d'autoriser les échanges de semences entre agriculteurs qui ne produisent pas de semences commerciales,

- d'autoriser l'enregistrement de variétés non homogènes et non stables, appelées "matériel hétérogène".

- d'autoriser les micro-entreprises (pas plus de 2 millions d'€ de chiffre d'affaires et de dix employés ) à commercialiser des semences de variétés non enregistrées,

- d'exonérer ces micro-entreprises de tout frais de contrôle et d'enregistrement de variétés

L'industrie semencière européenne traditionnelle, relayée par les deux rapporteurs du Parlement européen Silvestris et Ayuso, veut refermer ces ouvertures.

Le Réseau Semences Paysannes (RSP) demande au contraire aux députés européens de défendre ces propositions, de les étendre sans aucune restriction à toutes les espèces cultivées y compris les plants et de prévoir une dérogation incluant dans les micro-entreprises les associations qui emploient plus de dix personnes pour conserver de très nombreuses variétés. Il demande aussi de prendre en compte les spécificités des conditions de culture de l'agriculture biologique pour l'enregistrement des variétés. Ces mesures sont en effet indispensables pour garantir l'accès des paysans à la biodiversité cultivée et donc sa sauvegarde, ainsi que l'adaptation locale des cultures aux nouveaux défis que sont l'aggravation des changements climatiques et l'indispensable diminution des intrants chimiques.

2) Du côté négatif, la commission européenne propose :

- de faciliter la commercialisation des semences brevetées

- de privatiser les les services publics d'enregistrement et de contrôle en les remplaçants par des "auto-enregistrements ou auto-contrôles sous contrôle officiel" ou par des organismes certificateurs agréés.

Le RSP demande au contraire aux députés

- d'interdire la brevetabilité des matériels de niche et hétérogènes, de leurs gènes et de leurs caractères,

- de rendre obligatoire l'information sur les droits de propriété industrielles concernant les procédés d'obtention, de sélection et de multiplication,

- de maintenir dans chaque pays un service public de répression des fraudes et de contrôle et de refuser la privatisation du contrôle au profit d'organismes certificateurs dépendant de l'industrie ou d'auto-enregistrement et les auto-contrôles sous contrôle officiel

3) De nombreuses voies s'élèvent pour rejeter la proposition de la Commission les unes parce qu'elle n'est pas assez favorable à la biodiversité, les autres parce qu'elle menace la survie de de l'industrie semencière européenne. Cette menace est double et contradictoire : les ouvertures de la commission inquiètent l'industrie traditionnelle représentée par l'ESA et productrice de variétés homogènes et stables protégées par des COV. La possible suppression de ces ouvertures sous la pression de l'ESA inquiète au contraire les multinationales en attente d'une franche ouverture du marché à leur matériel breveté non homogénéisé ni standardisé.

Un rejet nous ramènerait dans l'immédiat aux directives actuelles bien plus mauvaises pour les droits des agriculteurs que la proposition de la commission. Certaines associations ou entreprises de commercialisation de semences anciennes pensent trouver un peu plus de liberté en gardant ces directives actuelles qui les autorisent à commercialiser leurs semences en vue d'un usage exclusivement amateur en échappant à l'obligation d'enregistrement de leurs variétés au catalogue. Mais cette liberté, qui leur est pourtant aussi offerte par la proposition de matériel de niche de la commission, ne serait alors que très éphémère . En effet, un rejet de la proposition actuelle de la commission l'obligerait à rédiger une nouvelle proposition sous la pression directe des USA pendant la négociation de l'accord transatlantique de libre-échange.  Sans réglementation européenne solide sur les semences, elle ne pourrait qu'accepter la réglementation US qui assure la domination totale du marché par une poignée de multinationales détentrices des plus gros portefeuilles de brevet.

Le RSP demande au contraire aux parlementaires d'améliorer et d'amender la proposition de la commission suivant les demandes formulées ci-dessus, de prendre le temps nécessaire à un bon travail, y compris si cela nécessite le report du vote final au prochain parlement, mais de ne pas rejeter cette proposition en totalité.

 




27 octobre 2017 -

Lettre ouverte de l'OPASE- Croqueurs de Carottes adressée aux salariés du Réseau Semences Paysannes, ainsi qu'à ses administrateurs et membres.

L'association des Croqueurs de Carottes (www.croqueurs-de-carottes.org), créée en 2005, adhère au Réseau Semences Paysannes et regroupe 8 artisans semenciers bio (dont 6 adhèrent également au RSP). Leur activité consiste à maintenir et diffuser la biodiversité cultivée auprès des jardiniers et professionnels ; mais aussi à la renouveler en renouant avec la co-évolution des plantes/humains/lieux.

Pour franchir une étape supplémentaire les Croqueurs de Carottes donnent naissance en ce moment à une Organisation Professionnelle d'Artisans Semenciers Européens, l'OPASE, dans le but d'obtenir la reconnaissance du métier d'Artisan Semencier et de favoriser le retour dans les assiettes des aliments issus de variétés paysannes ( www.opase.org/)

Nous avons suivi de près les évolutions du RSP, et participé aux discussions autour du projet de marque « Semences paysannes en réseau ». Nous avons aussi suivi avec attention la dernière semaine des semences paysannes au cours de laquelle Carrefour a lancé sa campagne « Marché interdit ». Nous n'y sommes associés en aucune manière et nous n'avons pas l'intention de nous y associer ni, non plus, de nous associer à aucun des projets de la Fondation Carrefour. La fondation

GoodPlanet, pour nos membres, n'est qu'un client parmi d'autres. Nous leur avons simplement vendu des semences pour leur exposition.

Notre position ne surprendra personne : utiliser une marque commerciale pour faire la promotion des variétés paysannes menace jusqu'à leur existence. Cela suggère qu'il est possible de les réduire à de simples produits. C'est un obstacle à l'échange, au partage, à la circulation des connaissances et savoir-faire, indispensables à leur transmission, leur évolution. Nous ne souhaitons en aucun cas, que le RSP devienne un organisme de gestion de marque.

De plus, gérer un cahier des charges, même en externalisant le contrôle via des organismes de certification, serait trop consommateur d'énergie. Cela conduirait le RSP à fonctionner de manière excluante alors que nous avons au contraire besoin d'inclure, de faire avec nos diversités d'approches. N'oublions pas que la Répression des Fraudes est à l'origine un service public dont la création est une conquête des luttes « paysannes ». Il serait temps de penser à renouer avec cette histoire pour réformer ce service public et lui donner enfin les moyens nécessaires pour assurer la loyauté des échanges.

Les paysans, comme tous ceux qui utilisent leurs récoltes, ont tout à y gagner.

Imposer une marque sur le marché nécessite la force marketing de grands groupes. Les paysans ont à y perdre le peu d'autonomie qui leur reste. Une prison dorée reste une prison.

Certains d'entre nous se sont associés avec Minga, l'Alliance des Cuisiniers et d'autres partenaires pour lancer au même moment la campagne « Graines d'un Paris d'Avenir » qui se situe à l'opposé de la campagne de Carrefour. Pour en savoir plus : http://www.minga.net/graines-dun-parisdavenir/

Nous approuvons sans réserve le communiqué de presse du RSP du 26 septembre 2017.

Nous sommes aussi très reconnaissants pour le travail réalisé par le RSP au cours de ces 14 années. Tout particulièrement lors de ces deux dernières années, nous remercions les salariés pour leur implication, la qualité de leur travail et leur capacité à appliquer, expliquer et faire progresser, malgré un climat peu propice à un travail serein, les décisions politiques du CA et de l'AG du RSP, que ce soit pour la poursuite du projet de marque, puis le gel de ce projet au vu de ses dérives, la

renégociation de la convention avec Biocoop, la sortie du HCB, le plaidoyer ou la réorientation du travail juridique.

Nous soutenons également les propositions de transformations du RSP discutées lors du séminaire d'octobre 2017 à Villarceaux.

Elles nécessitent d'être approfondies, mais la direction proposée nous semble correspondre aux enjeux du moment. Nous souhaitons que la prochaine AG puisse être un lieu de débats sur tous ces sujets, y compris lorsqu'il y a divergence ou contradiction. Nous ne pouvons plus nous contenter de points d'informations. Il est temps de construire l'avenir en faisant de notre diversité un atout. Faire vivre le RSP contribuera à renforcer l'action que chacun des membres s'évertue à mener, le plus souvent en dépit d'une précarité avancée.

Le RSP doit avoir un mode de fonctionnement qui permette à ceux qui cultivent et font vivre la biodiversité jusque dans les assiettes de diriger et représenter le RSP. Au bout de 14 ans d'activité, le nombre d'adhérents du RSP a beaucoup augmenté, s'est diversifié. Il est un peu normal que le RSP connaisse une crise de croissance. C'est même un signe de vitalité !

La métamorphose en cours nécessite de tourner la page (ce qui ne veut pas dire oublier ce qui a été fait, les apports de chacun à la construction du Réseau), de repenser les modes de fonctionnement (le collège des membres fondateurs, par exemple, se justifie-t-il encore ?), de réorienter ou recentrer les activités, etc.

L'OPASE-Croqueurs de Carottes participeront à ce renouveau.

OPASE-Croqueurs de Carottes
Garliet – 47360 Montpezat –
02 41 82 86 48
- www.croqueurs-de-carottes.org /- www.opase.org
panier
0
articles
au panier
envoyer à un ami imprimer
chercher

Graines del Païs

16 rue de la pompe
11240 Bellegarde du Razès
tel : 04 68 69 81 79
contact@grainesdelpais.com

infos légales